Cohésion d’équipe

Mud Day, Somad,  Frappadingue, Boot Camp Run, Ch’ti Délire, … le calendrier des courses à obstacles s’étoffe. Elles prennent leurs origines dans le domaine militaire : vous vous souvenez pour les anciens qui ont fait leur service militaire ça s’appellait le « parcours du combattant » …  Le phénomène se développe aujourd’hui de façon considérable et il s’est étendu à l’ensemble du territoire : de la région parisienne aux grandes villes françaises.

La distance des parcours est variable et oscille entre 10 et 25 km. Les inscriptions se font généralement en équipe et permettent ainsit de créer du lien entre les participants. Il n’est pas rare de voir des entreprises qui proposent à leurs salariés de monter des « team corporate ».

Pourquoi ce succès ? …

Les courses d’obstacles ont été créées pour que les participants puissent avant tout couper avec les courses dites « classiques ». C’est fun et la performance est secondaire. Elles permettent de se dépasser tant au niveau cardio-vasculaire que musculaire (accélérations franches et sollicitations musculaires intensives).

Le franchissement des obstacles favorise l’entre-aide et la cohésion d’une équipe. La décision de participer à ces courses est souvent liée à un projet de groupe entre amis ou collègues.

Elles peuvent être une bonne préparation pour dynamiser les muscles proprioceptifs puisque les appuis sont souvent mis à rudes épreuves (terrains glissants, boue …).

A qui s’adressent-elles ? …

Toutes personnes ou groupes de participants désirant s’amuser et développer l’ensemble de ses capacités physiques, que ce soit au niveau musculaire ou cardio. C’est aussi un bon moyen de se souvenir quelques jours de la course car certains obstacles et l’intensité qu’il faut mettre pour les franchir peuvent entraîner de belles courbatures … ;-)). Comme nous l’avons souligné, ces courses favorisent l’entre-aide et la bonne humeur générale. Il faut néanmoins bien se préparer car certains terrains et obstacles peuvent être dangereux.

La  préparation physique …

Track & News

Dans un premier temps il est primordial, comme pour toute course, de préparer son corps de façon globale et complète. La préparation physique générale consistera à développer son endurance fondamentale et ses capacités musculaires de façon générale pour pouvoir par la suite s’attaquer à des séances plus intensives et spécifiques à la course. Aucun risque ne sera pris lors de cette période tant au niveau du contenu que des terrains utilisés. Elle devrait durer une dizaine de semaines.

La préparation spécifique se fera quant à elle en un mois et demi environ. Elle consistera à préparer son corps aux contraintes de la course. A savoir, des accélérations franches entre les obstacles et des sollicitations musculaires explosives et parfois longues. Pour cela, il faudra travailler sur des intermittents d’une minute environ avec un travail de relance important sur les premières secondes. On pourra également intercaler entre les accélérations un travail de renforcement musculaire intense ou un travail de franchissement. Le but étant de solliciter les muscles qui seront primordiaux lors des franchissements (abdos, dos, bras et membres inférieurs). Ne pas oublier également de travailler sa proprioception car les terrains glissants et irréguliers pourraient vous jouer des tours.

L’équipement minimum …

  • De bonnes chaussures : plutôt des « running trail » qui accrochent le plus possible au sol. Les terrains glissants sont l’ennemi des coureurs.
  • Une tenue légère car certains passages de la course se font dans l’eau  (jusqu’au cou) et pas trop neuve car il est possible qu’elle soit déchirée pendant l’aventure.
  • Des protèges genoux et coudes et si possible une bonne paire de gants solides pour agripper les cordes sans s’arracher la peau des mains …