Archives par mot-clé : chuong race

Le Pourquoi du Comment de la Chuong Race!!!

Les Course à obstacles ou Courses d’obstacles :

Les Spartan race, Mud Day, Somad, Frappadingue, Boot Camp Run, Ch’ti Délire, Chuong Race … le calendrier des courses à obstacles s’étoffe. Elles prennent leurs origines dans le parcours du combattant chez les militaires  : les anciens qui ont fait leur service militaire s’en souviendront …  Les plus jeunes parfois le regrettent donc autant leur proposer sous forme de Course.

Le phénomène se développe aujourd’hui de façon considérable et il s’est étendu à l’ensemble du territoire : notre région PACA est plus précisément « Le Castellet » est aujourd’hui une référence et a acquis une certaine notoriété. MAIS la Chuong Race est dans le même ordre en se différenciant avec un Etat d’esprit convivial, de cohésion et à Echelle Humaine dans un respect durable de notre environnement.

La distance de notre parcours est de 10 km pour les adultes et de 2,5 km pour les enfants. Les inscriptions se font en équipe de deux participants. Il n’est pas rare de voir des entreprises qui proposent à leurs salariés de monter des « team corporate où le « binômage » est de mise ». Ce binômage permet de faire une course dans la course (chaque binôme est concurrencé par un autre de la même société).

Les classements de la Chuong Race pour les enfants et les adultes seront de trois types ;

-Equipes Féminines, – Equipes Mixtes et Equipes Masculines. (nous y reviendront….)

 

Pourquoi les courses à obstacles sont dans l’air du temps ? …

Les courses à obstacles ont été créées pour que les sportifs puissent participer à des compétitions différentes et surtout  « non classiques ».

En effet, les courses à obstacles allient le fun et la performance. C’est à dire que chacun réalise la courses comme il l’entend. MAIS elles permettent de se dépasser tant au niveau cardio-vasculaire, que musculaire (résistance fondamentale puis endurance au fil de la course, entrecoupé d’accélérations franches et sollicitations musculaires intensives), que mentale (car il faut terminer à deux l’épreuve).

Le franchissement des obstacles favorise l’entre-aide et la cohésion d’une équipe de deux. La décision de participer à ces courses est souvent liée à un projet de groupe entre amis, couple ou collègues. Elles permettent le dépassement de chacun et aussi la gestion de l’effort de soi-même et de son partenaire.

Elles sont une bonne préparation pour dynamiser les muscles proprioceptifs puisque les appuis sont souvent mis à rudes épreuves (terrains glissants, boue …). En effet ces muscles sont peu solliciter dans nos vies au quotidien et même dans les clubs de sports traditionnels.

A qui s’adressent-elles ? …courseobstacles-symbfemcourseobstacles-symbhom

Toutes personnes ou groupes de deux participants désirant  se mesurer aux autres, s’amuser et développer l’ensemble de ses capacités physiques, que ce soit au niveau musculaire ou cardio.

C’est aussi un bon moyen de se souvenir quelques jours de la course car les courbatures nous le rappellent sur une petite semaine… Comme nous l’avons souligné, ces courses favorisent l’entre-aide et la bonne humeur générale. Il faut néanmoins bien se préparer car certains terrains et obstacles peuvent être dangereux.

Il n’y a pas d’âge pour se faire plaisir, c’est pourquoi les enfants sont considérés de 10 à 15 ans alors que les adultes le sont de 15 à 77 ans….

Dans une page qui arrivera dans quelques jours nous filmeront nos équipes en plein entraînement afin de savoir vers quelles activités sportives s’orienter pour se préparer au mieux  à la Chuong Race.

En sachant que la « BASE » de toute activité sportive est la course à pied. Pour notre Chuong Race favorisez le trail, et les accélérations répétées mais coupées par les obstacles. Vous pouvez commencer d’ores et déjà à COURIR une puis deux….fois par semaine selon votre  niveau et votre objectif.

Par contre si vous reprenez seulement maintenant le sports, afin d’éviter toute blessure, ménagez votre monture et allez y progressivement!!!!!

A bon entendeur….

Maximilien

La bonne préparation.

Partie 1 : s’habiller et entraîner son « core »

Dans cette première chronique, je débute avec une courte série de conseils qui vous permettront de mieux apprécier vos courses tout en vous permettant de vous préparer adéquatement. D’autres conseils s’ajouteront dans les prochaines semaines pour poursuivre votre préparation à ce qui vous attend pour le grand jour.

Habillement

Premièrement, ça peut paraître bête, mais courir en jeans avec des bottes et une grosse veste en coton ouaté n’est pas une bonne idée. Informez-vous au sujet des prévisions météorologiques, mais tablez sur le fait que la plupart des courses ont lieu en saison chaude. Conséquemment, optez pour des vêtements légers qui laisseront s’écouler au plus vite l’eau et la boue qui sinon pourraient rapidement devenir un surpoids. Croyez-moi, vous ne voudrez pas trainer ce dernier longtemps.
Deuxièmement, procurez-vous une bonne paire de souliers adaptée à la course dans la boue et aux surfaces glissantes. De plus, une paire de gants, des genouillères ainsi que des protèges coudes s’avèrent une option intéressante tout comme un « Camelback ». Cependant, gardez en tête que tout ce que vous prenez vous alourdi.

Entrainement

Compter sur un bon « core » se veut une des clés de voûte d’un coureur. À ceci se greffent de bonnes capacités de course et de récupération, puis viennent le vécu technique ainsi que l’entraînement qui doivent idéalement s’approcher le plus près possible des conditions de course si vous souhaitez performer.
Revenons au « core ». Plus on est stable dans les segments en proximal (près du tronc), plus les mouvements en distal (loin du tronc) seront efficaces (moins de perte d’énergie et plus grande force).

Mais qu’est-ce que le « core »?

Il s’agit des grands droits (communément appelés « abdos »), des obliques et de la ceinture lombaire.
Vous pouvez travailler ces trois groupes de manière simple avec le travail en contraction isométrique. Ce dernier a pour principe que les muscles se contractent, les leviers ne bougent pas et les points d’attache sont fixes. Bref, on prend une position et on la maintient un certain temps. Ainsi, les muscles travaillent sans qu’il y ait de mouvements.

Vous trouverez des exemples d’exercices ci-dessous. Vous pouvez commencer par 3 répétitions de 30 à 45 secondes entrecoupées d’un repos du même temps pour chaque exercice. Lorsque ça devient facile, augmentez le temps de 15 secondes à chaque répétition pour passer à 3 x 60 secondes puis 3 x 75 secondes, etc. pour chaque exercice.

 

1-Le pont sur le dos

L’image démontre tout. Vous pouvez utiliser une chaise pour évoluer vers un ballon plus tard.

pontsurledos

 

2-La planche

Attention, une erreur classique est de laisser s’effondrer le dos. Soyez à l’écoute de votre corps. Lorsque vous sentez que vous ne pouvez plus maintenir la bonne position, arrêtez l’exercice immédiatement. Je vous présente volontairement ci-dessous une version de la planche plus avancée avec l’utilisation d’un TRX, mais vous pouvez utiliser un ballon, garder vos pieds au sol ou vous placer sur vos genoux pour débuter.

 

 

3-La planche latérale

Celle-ci peut évoluer en se positionnant sur une main plutôt que d’être installé sur le coude comme sur la photo.

Si vous souhaitez augmenter votre performance, n’hésitez pas à varier vos angles. En effet, le travail en isométrie à cette lacune particulière d’être moins efficace dans la sollicitation musculaire aux alentours de 15 degrés au-dessous et au-dessus de l’angle. Par exemple, prenons la planche de côté ci-dessus. Il est préférable de miser sur 3 postures : celle démontrée sur la photo, une autre avec les fesses plus proches du sol et enfin une dernière avec un angle ouvert avec les fesses vers le ciel.

Je vous mentionne un point technique qui me tient à cœur, les « crunchs » et les « sit up » ne sont assurément pas un bon choix d’exercice pour vos abdos. Bref, le ratio inconvénients/bénéfices de ces exercices penche définitivement en faveur des inco
nvénients. Préférez l’intégration de vos abdominaux dans des mouvements plus complexes comme des « turkish get up » et réalisez-les sans poids pour commencer.

Vous pouvez aussi opter pour des mouvements de type « bear crawl ». Ils sont faciles en montée, de difficulté moyenne sur du plat et ils sont difficiles en descente.

 

Finalement, si tout ça devient un peu trop facile ou si vous voulez vous dépasser, il y a les Spiderman push up (attention exercice avancé) :

Voilà, c’est à vous de passer à l’action les guerriers! Dans la seconde partie de cette chronique sur la préparation, j’aborderai les notions suivantes : un survol de la course, mais surtout je vous expliquerai comment avoir une bonne préparation physique pour les obstacles fondamentaux des courses à obstacles.
Bon entraînement!

 

Chronique de Frédéric Guéveneux entraineur chez www.comeandtrain.com
Révision et correction: Éric Julien